Le brûlage des déchets vert à l'air libre est interdit. Ces derniers doivent être valorisés par la filière du compostage ou déposés en déchèterie SMICTOM.

Les infractions sont passibles d'une amende de 150€ à 1 500€ suivant leur nature.

Au-delà des possibles troubles de voisinage (nuisances d’odeurs ou de fumées) ou des risques d’incendie, le brûlage des déchets verts augmente la pollution atmosphérique.

Brûler des végétaux, surtout s’ils sont humides, dégage des substances polluantes, toxiques pour les êtres humains et l’environnement, telles que des particules (PM), des oxydes d’azote (NOx) des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), du monoxyde de carbone (CO), des composés organiques volatils (COV), ou encore des dioxines.

Une circulaire relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts précise les interdictions et dérogations préfectorales. Vous pouvez visualiser la circulaire en cliquant sur l'icone :